Le cimetière de Highgate à Londres

Le cimetière de Highgate à Londres

Le cimetière de Highgate est l'un des trois cimetières de Londres construit à l'époque Victorienne et ouvert en 1839. Son aménagement organisé autour d'allées sinueuses et romantiques a été inspirée par le cimetière du Père Lachaise de Paris. L'inventivité de ses architectures funéraires est exceptionnelle: découverte d'un lieu insolite....

Durant le règne de la reine Victoria, de nombreux britanniques se firent enterrer dans ce cimetière dans des tombes prestigieuses et souvent bien décorées. Mais après la mort de la reine, l'Angleterre se lassa des funérailles pompeuses et les britanniques décidèrent de se faire enterrer plus humblement. Les incinérations entrèrent dans les mœurs, et les moyens financiers déclinèrent avec les crises et les guerres. Ce phénomène se développa après la guerre de 1914 si bien que la qualité des tombes et l'entretien du cimetière déclina. Dans les années 60 ce vaste ensemble funéraire était à l'abandon, les sols s’affaissaient, les tombes croulaient sous les racines des arbres et la végétation abondante. Aujourd'hui une association de défense du cimetière entretient les lieux et réalise un magnifique travail de restauration depuis les années 1970.

De nombreuses tombes sortent de terres et pour cause, les personnes enterrées ici l'étaient souvent les unes sur les autres et parfois, à une distance très courte du niveau de la surface. La plupart des tombes possèdent de belles sculptures, des colonnes tronquées pour ceux qui sont morts brutalement, des urnes voilées, des statues d'anges ou de femmes mélancoliques perdues dans des pensées profondes. La tombe de James Selby comporte un décor de fouet et de clochette, on distingue aussi un sabot de cheval. Ces décors sont en rapprot avec le propriétaire, cocher de son métier, qui avait gagné un pari de 1000 livres en disant qu'il pouvait faire l'allée-retour Londres-Brighton en moins de 8 heures. Ce qu'il réussit à faire en 7h50. Il en revint très fatigué et tellement gelé que même son chapeau était collé sur sa tête à cause du froid. Une douche d'eau chaude lui permit de lui rendre toute sa tête mais pas toute sa santé car il mourut peu de temps après sans avoir pu jouir de sa fortune.

L'époque victorienne est aussi pleine de superstitions. La tombe d'une jeune fille morte à 19 ans, comporte un drôle de fauteuil vide, symbole de la mort prématurée. Le voile qui le recouvre symbolise le dernier lien entre les vivants et les morts. La jeune fille était pauvre et les Victoriens pensaient que ceux qui étaient pauvres, comme cette jeune fille, allaient plus vite au paradis.

Derrière cette tombe, on aperçoit une colonne en forme de pignon d'église gothique. Cette oeuvre magnifique et restaurée aujourd'hui, est la tombe d'une famille de fondeurs de cloches, et notamment celle de Big Ben.

La partie la plus attrayante demeure l'entrée du Cercle du Liban Cette partie la plus recherchée sur le plan esthétique est précédée d'une entrée en forme de temple égyptien. ON se rappelle que les archéologues britanniques multiplient les expéditions en Egypte. C'est le cas de Lord Carnavon qui finira par découvrir avec Howard Carter, la tombe de Toutankhamon. Les collections du British Museum augmentent de jour en jour et cette fascination pour l'Egypte à la fin du XIXe siècle, se retrouve dans le décor de cette entrée. Des colonnes à chapiteaux palmiformes ouverts ne sont pas sans rappeler les colonnes du temple de Karnak.

Le cercle du Liban s'appelle ainsi car il est dominé par un superbe cèdre du Liban qui était si haut qu'on le voyait depuis le centre de Londres. En dessous, une vingtaine de tombes disposées en cercle s'ouvrent par des portes aux allures de mastaba égyptien. Parmi ces portes, l'une ouvre sur le columbarium avec des niches contenant des urnes . Et plus loin, l'entrée des catacombes.
Un couloir très sombre, à peine éclairé de quelques trouées aménagées au plafond nous entraîne dans une galerie bordée de niche avec des cercueils de bois aux poignées décorées. Ces tombes datent de l'époque victorienne. Les corps étaient d'abord enfermés dans des cercueils de plomb, de peur qu'ils ne s'éparpillent, et ensuite enfermés dans un cercueil de bois, la tête vers la sortie de manière à ce qu'elle entende mieux les paroles des vivants venus se recueillir sur leur dépouille.

Un phénomène particulier est attaché à ce cimetière: les Résurrectionnistes. Ce ne sont rien d'autre que des voleurs de cadavres, qui viennent la nuit prendre les corps pour les revendre à la faculté de médecine. Ils partent du principe que le corps n'appartient à personne donc il appartient à tout le monde. Certains laissent les habits et les bijoux et ne s’intéressent qu'au corps, d'autres emportent tout et prouvent qu'ils s’intéressent aussi à l'argent. Ce qui fait sourire ceux qui apprennent que ces voleurs aidaient la médecine à soigner les malades et donc à ressusciter les morts.

Le mausolée de Julius Beer est la plus grande sépulture du cimetière. Cet homme avait fait fortune en rachetant notamment le journal The Observer et s'était vengé de Londres qui l'avait mis au ban parce qu'il était juif, en construisant une tombe qui les domine tous. Mais la mort l'a rattrapé puisqu'elle a emporté sa petite fille de 8 ans. Le mausolée construit peu après sa mort, comporte à 'l'intérieur une sculpture émouvant de petit fille et au plafond, des décors de mosaïque de Salviati (que l'on retrouve aussi dans les plafonds du foyer de l'opéra Garnier de Paris.

Un lion magnifique regarde ce mausolée, c'est la tombe du dompteur Georges Wombwell, qui fit fortune en achetant des animaux exotiques afin d'amuser les britannique à la foire de Londres. Ce lion magnifique est sans contexte l'une des plus belles sculptures du cimetière.

Car les sculptures sont nombreuses dans c emagnifique cimetière. Les urnes recouvertes de voile dominent et rappellent que l'usage du voie noir date de l'époque romaine afin que els esprits ne viennent pas s'emparer des morts. L'époque victorienne à la fois romantique, mystique et ésotérique, fit feu de tout bois pour alimenter ses superstitions. Le promeneur du cimetière de Hightgate en fait les frais et c'est pour son plus grand bonheur.

Vous aimerez aussi:  : http://www.europexplo.fr/visite-cimetiere-pere-lachaise/

Aller à la barre d’outils