La frise Beethoven de Klimt Sécession de Vienne

La frise Beethoven de Klimt Sécession de Vienne. Elle met en valeur l'immense talent du peintre emblématique de la Sécession Viennoise. Elle permet aussi de mettre en lumière son rapport avec la musique ainsi que l'importance que Beethoven a eu sur la capitale autrichienne.

En 1897, Gustav Klimt crée une groupement d'artistes, l'Union des Artistes Figuratifs, qui donnera naissance à la Sécession viennoise. Il s'agit d'un art moderne et nouveau qui réagit au formes du répertoire bourgeois de l'Autriche des Habsbourg. Les formes sont plus épurées, géométriques, naturalistes. Klimt en est le fervent représentant mais d'autre artistes comme Koloman Moser, Joseph Hoffmann ou Otto Wagner font aussi partie de cette révolution artistique.

Par ailleurs, il s'agit aussi d'un mouvement suivi par les écrivains, philosophes et psychanalystes. Ainsi dans les cafés de Vienne, les artistes se mêlent aux écrivains, tels Arthur Schnitzer, Rainer Maria Rilke ou Sigmund Freud. Leur moyen d'expression est une revue, Ver Sacrum, qui paraît régulièrement et qui démontre leur volonté de transformer l'art sous toutes ses formes. Chaque année, le mouvement expose les œuvres des artistes peintres, architectes, designers, orfèvres, ébénistes...Il s'agit bien d'un art total.

La frise Beethoven de Klimt

Afin de faire connaître cet art nouveau aux Viennois, la Ville commande en 1898 à l'architecte Josef Maria Olbricht un Pavillon  qui marque par sa modernité. Il s'agit d'un grand cube blanc coiffé d'un dôme constitué de 3000 feuilles de lauriers en métal doré. En 1902, la thème de la 14 ème exposition se porte sur le compositeur Beethoven. On demande alors à Klimt de réaliser une frise décorative sur le thème de la Neuvième Symphonie. Or il se trouve que l'artiste a un rapport spécial à la musique puisque sa mère chantait et était passionnée d'art lyrique. Par ailleurs, l'usage omniprésent de l'art rappelle que son père était orfèvre et travaillait beaucoup cette matière.

Mais ce qui importe au peintre est de rapprocher la musique de Beethoven à l'histoire de l'humanité. En effet, sur les 7 panneaux horizontaux, Klimt fait défiler une humanité souffrante qui ne trouvera l'apaisement que dans les arts et la musique. Tout commence avec un groupe de femmes qui semble évoquer la souffrance des hommes. Puis on voyage dans le monde mythologique symbolisé par trois gorgones aux cheveux de serpent. Un énorme gorille aux crocs féroce les accompagne. De ce serpent qui émane des cheveux des gorgones, apparaît la Douleur distordante. Elle prend les traits d'une femme nue infiniment maigre et aux cheveux de geai qui se prosterne sur elle-même.

Klimt la frise Beethoven

L'ensemble est suivi d'un grand vide d'où émane un poète illuminé de radiations jaunes et lumineuses. Il ouvre la voie à une chorale de femmes aux robes dorées qui chantent l'hymne à la joie. Elles encadrent un couple qui s'enlace, symbole de l'Humanité dans l'art de Klimt. Ce dernier s'est sans doute inspiré d'un texte que Richard Wagner a écrit sur Beethoven. En effet, ce dernier a longtemps contribué à créer un mythe Beethoven plus qu'une biographie scientifique. Mais ce texte de caractère onirique a fortement influencé les artistes. En effet, Gustave Malher lui-même admirera l'interprétation de Klimt sur ce texte littéraire.

Le recours à la feuille d'or renforce le caractère exotique de la fresque et donne à l’œuvre une prégnance de genre artisanal. Elle montre que l'artiste veut faire du mouvement Sécession un Art Total. Ce dernier engloberait les arts mineurs et les arts majeurs sur le même plan. C'est ainsi que les femmes choristes portent des bracelets en or, situant l'orfèvrerie au même niveau que la peinture. Par ailleurs, l'artiste arrive à donner une image bidimensionnelle tout en retenant le caractère symbolique de l'Hymne à la Joie c'est-à-dire une ode à la fin de la souffrance des hommes.

La frise Beethoven de Klimt, notre conférence en salle: Vienne 1900 Conférence disponible dans vos locaux aux jours et à l'heure de votre choix. Renseignements au 01 42 80 01 54

Aller à la barre d’outils