Les arts sous Marie-Antoinette

Les arts sous Marie-Antoinette. Cette conférence projection mettra en lumière la production artistique française durant le règne de Louis XVI. Nous visiterons ainsi Versailles, le Petite Trianon, Rambouillet et Fontainebleau. C'est en effet dans ces lieux prestigieux que le style de Marie-Antoinette s'est le mieux défini. Décor intérieur des petits et grands appartements vous seront dévoilés. On évoquera aussi les arts décoratifs durant cette période productive.

Le mécénat artistique de la reine Marie-Antoinette tient d'abord à la personnalité d'une princesse rebelle. Élevée à la Cour de Schonbrünn, cour au protocole élégant et discret, elle entend trouver une solution à sa vie et à celle de la cour française des années 1780. Mariée à 15 ans au petit-fils de Louis XV, le futur Louis XVI, son mariage est politique. Aussi, parachutée dans une cour hostile d'abord, à cause l'influence des soeurs du roi et de la du Barry, elle tente de s'imposer avec son originalité étrangère.

Sa réforme de l'étiquette choque d'abord. Puis sa liaison avec la princesse de Polignac et ses amitiés avec de nouveaux artistes perturbent la pensée des nobles. Enfin, ses constructions et travaux incessants au sein du château de Versailles et Fontainbelau ne cessent de choquer.

L'ART DE PASSER DU PLUS GRAND AU PLUS PETIT

Dans le cadre de la transformation du protocole, Marie Antoinette privilégie les entresols, les cabinets et les petits salons. Aussi aménage-t'elle dans l'ancienne appartement de Marie Leczinska une suite de boudoirs charmants réalisés par Richard Mique. Nous admirerons les commodes de Bennemann et Riesener ainsi que les fines boiseries et objets d'art qu'elle y collectionna. On visitera également le petit Trianon où ses goûts sont le plus affirmés.

LE CULTE DE L'IMAGE

Marie-Antoinette n'a eu de cesse de se faire portraiturer. En effet, chaque image d'elle renvoie l'idée qu'elle veut faire passer aux Français. Elle est tantôt reine impériale ou mère touchante. Elle peut être aussi dans une mise très sobre ou très bucolique, ses cléèbres roses à la main.

DE GRANDS ARTISTES AU SERVICE DE LA REINE

Marie-Antoinette a dépenser des ponts d'or pour faire travailler els artistes de son temps. Son architecte Richard Mique tout d'abord, suivi de son ébéniste préféré Riesener qui fit beaucoupo évoluer la marqueterie et les bronzes. Elle fit aussi appel à Benneman ou Jean-Baptiste Sené. Suivent Thomire le bronzier, Gouthière ou Rousseau, sculpteurs ornemanistes. Les portraits sont surtout réalisés par Elisabeth Vigée-Lebrun. Mais on possède d'elle un beau portrait de jean André Gauthier d'Agoty.

LE RETOUR A LA NATURE

Le chef-d'oeuvre de Richard Mique à Versailles est sans doute le hameau. Récemment restauré, il révèle les affinités bucoliques de la reine. Mais derrière cette apparente légèreté, l'idée d'éducation et d'économie aussi (la laiterie de Rambouillet) était bien présente dans son esprit.

Pour les groupes: Conférence disponible tous les jours dans vos locaux. Renseignements 01 42 80 01 54

Pour les individuels: conférence à Marvejols à la lecture Buissonnière 9bd de Chambrun le jeudi 7 juin à 14h30

Aller à la barre d’outils