Les salons littéraires au temps de Marcel Proust

Les salons littéraires au temps de Marcel Proust. Ces salons sous le Second Empire et la Belle Époque accueillent le Tout-Paris littéraire et politique. De la princesse Mathilde à la comtesse de Greffulhe, nous évoquerons ces salons où les carrières académiques, politiques et littéraires se font et se défont.

Sous Napoléon III et la Belle Époque, la tradition du salon littéraire parisien entériné par la marquise de Rambouillet perdure de manière prestigieuse. De nombreuses femmes de la haute société accueillent chez elle. Elles ont des "jours", des "heures" mais aussi des spécialités. Le Salon de la Princesse Mathilde est, sous le Second Empire, ce lieu de rencontres littéraire le plus en vue. En effet, il est l'antichambre de l'Académie. La princesse reçoit les peintres et les gens de lettre le mercredi. Le dimanche, elle organise un grand bal. Elle aide les jeunes talents comme Flaubert et compte toujours sur le soutien des frères Goncourt.

Elle est suivie par des femmes remarquables qui tiennent salon essentiellement sur La plaine Monceau ou dans le VIIIe arrondissement.

Ainsi, au 100 boulevard Malesherbes, madame de Saint-Marceau, férue de musique, accueille surtout les musiciens tels Fauré ou Debussy . Elle y reçoit aussi Isadora Duncan qui danse lorsque Ravel se met au piano. On y voit Dumas Fils, Willy et Colette ou Gabriele d'Annunzio. Ce dernier est un irrésistible homme à femme. Son livre l'Enfant de volupté traduit en français, a fait fureur dans la vie littéraire parisienne. Il y révèle une volupté qui se concrétise par un dandysme raffiné. Il est rejoint par Marcel Proust, Boni de Castellane, Léon Daudet ou Robert de Montesquiou. Ce dernier est la coqueluche du Tout-Paris. Il est à la fois caustique et méchant. Mais son entregent est incontournable.

Square de Messine, madame Aubernon reçoit Marcel Proust mais aussi Guy de Maupassant. Ce jeune normand est présenté au Paris littéraire par son ami "pays" Flaubert. Ses manières naturelles et un peu frustres déplaisent mais sa littérature interroge. Parmi ses nouvelles naturalistes, Maupassant en écrira sur la vie parisienne. Elles dévoilent un certain pessimisme naturaliste, mais l'auteur sera toujours distant sur les partis pris politiques ou littéraires. Madame Aubernon accueille aussi madame Cavaillet qui va devenir sa rivale. En effet, cette dernière tient aussi salon, où elle reçoit le couple Curie, Anna de Noailles, ou Anatole France dont elle fera la carrière. En effet, devenue sa maîtresse, elle construira sa carrière littéraire à travers ses réceptions pendant plus de 30 ans.

Au 104 rue de Miromesnil, c'est Geneviève Straus qui reçoit. L'épouse de Georges Bizet reçoit des musiciens et des écrivains, comme le "Petit Proust". Ce dernier y rencontre Charles Haas, aristocrate mondain qui a un charme fou. Il deviendra l'amant de Sarah Bernhardt et servira de modèle de Swaan pour le jeune auteur. Malheureusement, l'affaire Dreyfus disperse le salon, comme il dispersera aussi celui de la comtesse de Greffulhe. Cette déesse au col de cygne, malheureuse en mariage mais extrêmement riche, reçoit admirablement bien dans son hôtel de la rue d'Astorg. Ses relations familiales avec le royaume de Belgique lui permettent aussi de donner un caractère international à son salon. Elle introduit avec Misia Sert les ballets russes, mais aussi Debussy et Moussorgsky. Elle encourage Anna de Noailles et impose Degas, Renoir, Manet en Angleterre.

Enfin, parmi de nombreux autres salons parisiens, on ne saurait nier celui de Madeleine Lemaire, grande amie de Marcel Proust. Cette salonnière est d'abord peintre et reçoit avec sa fille rue de Monceau. En effet, vient chez elle le gratin cosmopolite de la capitale tels les Broglie, les Haussonville, les Arenberg au milieu desquels évolueront Degas, Manet, Toulouse-Lautrec. Elle fera rencontrer Marcel Proust et Reynaldo Hahn qui auront une liaison amoureuse éphémère mais sincère....

Pour les groupes: conférence littéraire disponible tous les jours dans vos locaux. Renseignements au 01 42 80 01 54

Pour les individuels: pas de conférence prévue pour le moment.

Aller à la barre d’outils