Visite de l’Hôtel de Beauvais visite

Visite de l'Hôtel de Beauvais :

Aujourd'hui siège de la cour administrative d'appel de Paris, demeure XVIIe siècle et œuvre de Le Pautre et Robert de Cotte. Les appartements, escaliers et le cellier gothique témoignent de sa richesse artistique.

La cour ovale et le péristyle d'entrée ornés de sculptures de masques et bucranes sont de véritables chefs-d'oeuvre. De plus, une restauration respectueuse les a magnifiquement mis en valeur. Le cellier gothique est à comparer également à celui de l'abbaye d'Ourscamp sa voisine. Sa découverte nous plongera dans l'univers médiéval souterrain et méconnu d'un quartier emblématique du Marais.

Construit par Antoine le Pautre en 1655, l'hôtel de Beauvais a deux visages. Le premier est une façade élégante et classique donnant sur la rue François Miron. Son balcon en encorbellements ornés d'élégantes ferronneries est à décors chantournés. Le second est une cour à la scénographie toute baroque qui rend cet hôtel fort original. La cour de forme ovale présente une circonvolution exemplaire qu'encadrent de belles fenêtres telle une couronne de verrières.

En effet, Le Pautre a masqué l’exiguïté du terrain et son irrégularité, en inventant une cour ovale à laquelle on accède par un péristyle au somptueux décor sculpté. En outre, on y voit des têtes de bélier, allusion à la plus fameuse propriétaire des lieux qu'était Catherine Bellier. Cette dernière, dame de compagnie et confidente de la reine Anne d'Autriche, avait acquis par ailleurs des galons à la Cour et s'était rendue indispensable auprès de la reine. Elle lui aurait alors confié le soin de "déniaiser" le jeune roi Louis XIV.

Une propriétaire fort en vue...

Devenue fort riche, elle acheta 3 maisons mitoyennes, rue François Miron pour construire un très bel hôtel. L'extérieur fit sensation puisqu'on l'évoque dans les chroniques de l'époque: "Pour voir l'entrée dans Paris du jeune Louis XIV et de la nouvelle reine Marie-Thérèse, la Cour s'était massée aux balcons de l'hôtel de Beauvais. Ces balcons eux-mêmes sont des nouveautés du milieu du siècle" (Pérouse de Montclos 1995).

De plus, l'autre spécificité de l'hôtel est sans nul doute les deux escaliers qui accèdent aux anciens appartements. L'un est scandé de paliers décorés de dalles en damiers noirs et blancs, l'autre est une spirale qui s'élève en tournoyant vers les étages.

Enfin, la crypte de l'hôtel est le troisième grand attrait. En effet, elle appartient à l'ancienne maison de ville de l'abbaye de Châalis, qui possédait là, comme sa voisine, l'abbaye d'Ourscamp, un cellier permettant d'entreposer son surplus agricole.

Car la proximité de la Seine avait entraîné la concentration de plusieurs "maisons de ville" permettant de décharger à proximité des péniches, le blé de l'Oise. Ces cryptes n'étaient rien d'autre que des greniers à blé...

Nous visiterons aussi le cellier de l'abbaye d'Ourcamp et nous découvrirons cette fois ci un joyau de maison Renaissance.

Nous terminerons notre après-midi par la découverte d'autres demeures qui nous surprendront...

Pour les individuels: Pas de visite prévue

RV M° Saint Paul.

Pour les groupes: Disponible tous les jours sauf le samedi et le dimanche.

Nous contacter au 01 42 80 01 54

Vous aimerez aussi  : http://www.europexplo.fr/visite-de-lhotel-de-gallifet/

 

Aller à la barre d’outils