Visite de saint Eutrope de Saintes

Visite de saint Eutrope de Saintes

La légende raconte qu'il était originaire de Perse ou de Grèce. C'est le pape Clément qui l'aurait envoyé au Ier siècle ap JC  pour évangéliser le pays de Saintonge. On dit qu'il a même converti Estelle, la fille du gouverneur. Mais il fut condamné à être lapidé et avoir le corps rompu à coups de haches.

Après sa mort, son culte est attesté par Grégoire de Tours au Vie siècle. C'est à partir du IXe siècle que les reliques du saint placées dans le sarcophage installé dans une crypte. Par la suite et en 1081, le comte Guy de Poitou confie le sanctuaire à la grande abbaye bénédictine de Cluny. Ainsi une vingtaines de moines viennent s'installer et réédifient une église autour de saint Eutrope. Il sont chargés de s'occuper des reliques et du culte du martyr. Le lieu deviendra ainsi l'un des lieux de pèlerinages les plus importants de Saintonge.Il sera aussi une des grandes étapes du pèlerinage de sain Jacques de Compostelle, la fameuse via Turonensis. En 1096, Urbain II vient consacrer l'autel.

De ce fait un certain nombre de personnalité viennent se recueillir sur sa tombe. Tel est le cas d'Alphonse de Poitiers qui dote largement l'église et demande une musees perpétuelle pour le repos de son âme. ainsi notamment d'Alphonse de Poitiers, qui inclut en outre dans ses dispositions testamentaires une demande de messe perpétuelle pour le repos de son âme. Louis XI lui-même contribuera à l'élévation du clocher dans un style gothique flamboyant. De ce fait, ce dernier n'est pas du tout dans le style roman de la Saintonge. C'est aussi ce qui fait la particularité de cette église. circuit-roman-en…0-septembre-2018

Progressivement, autour de l'église se développe des bâtiments monastiques tels un cloître qui disparaîtra à la Révolution.

Saint Eutrope est une église qui a été conçue dès le départ pour être une église de pèlerinage. Sa nef constituait une nef de 4 travées. Elle ouvrait sur une abside dotée d'un déambulatoire et de trois absidioles. Pour y accéder, on montait par des escaliers.

Ou alors on descendait pour aller dans la crypte qui a été construite exactement sur le même plan que l'église. Cette crypte était conçue comme une église basse assez grande pour que le culte envers saint Eutrope puisse se développer aisément.

Au Xve siècle, lorsqu'on a voulu adjoindre à l'église un chœur gothique en l'allongeant d'une chapelle axiale, on rajouta aussi une partie intermédiaire. On pourrait prendre cette pour une croisée du transept. Mais en réalité, elle sert d'un espace de renforcement de l'église haute et de soutènement au clocher.

En 1803, on démolit l'ancienne nef, ce qui oblige à construire une nouvelle façade.

L'église haute actuelle comprend 4 travées droites et une abside à déambulatoire avec trois chapelles rayonnantes. C'est-à-dire que dans sa configuration actuelle, on entre aujourd'hui directement dans l'ancien chœur. Le chœur actuel étant l'ancienne chapelle axiale liturgique.

La hauteur de 42 mètres apparaît comme une prouesse pour l'époque. Les décors de chapiteaux se cantonnent surtout sur les piliers des grandes arcades et les consoles.

2

L'essentiel du décor rappelle le principe de celui de la crypte. On y trouve un décor à dominante végétal inspiré des reliefs antiques.

LA CRYPTE

C'est en réalité une église basse qui est la partie la plus ancienne de l'église. Elle comprend deux croisillons et un triple vaisseau comprenant quatre travées droites couvertes d'une voûte d'arêtes.

Des piliers massifs la soutiennent. Ils comportent des chapiteaux à motifs de palmettes et de rinceaux soutenant un entablement à l'antique.

À l'entrée de l'église basse, on remarquera un large bandeau avec des motifs floraux dont le style s'apparente à l'époque mérovingienne. Un large bandeau composé de motifs floraux assez grossiers présente les caractéristiques de la sculpture mérovingienne.

Les dimensions de cette église basse sont sans doute les plus grandes d'Europe (35 mètres de long). Elles attestent l'importance du culte envers saint Eutrope et du chemin de Saint Jacques.

Au centre de la crypte, le cénotaphe monolithe rappelle la mémoire du saint.

Aller à la barre d’outils