Visiter le XIIIeme arrondissement Sreet Art

Visiter le XIIIe arrondissement en Street Art. Cette immersion dans le monde de la modernité nous fera découvrir le Street Art. A ne pas confondre avec les graffitis, le Street Art est un véritable art de rue qu'on ne doit plus ignorer....

Les artistes du monde entier créent des « murs » dans le XIIIeme arrondissement. Ils nous disent, à travers leur art, ce qui fonctionne et ce qui cloche dans notre société...

Le parcours que nous vous proposons consiste à découvrir un nouveau quartier né de la Bibliothèque de François Mitterand. Les rues qui la voisinent se sont dotées d'immeubles de logement d'une architecture moderne intéressante. Leurs murs libres se sont très vite couverts d'une peinture où les artistes ont utilisé la bombe aérosol pour réaliser des merveilles.

« Nous ne sommes pas des délinquants mais des artistes »

Dans les années 1990, le Street Art n'était pas bienvenu. Les autorités donnaient des amendes aux fresquistes sous prétextes qu'ils « salissaient » les parois. Mais c'était sans compter sur la constatation que l'homme écrit et peint sur les murs depuis la Préhistoire...

Le mouvement du Street art né de New York s'attaquait d'abord au métro. les artistes inscrivaient des signatures ou des phrases-clé qui donnaient quelques signes d'alarmes. Puis ils se sont mis à peindre en créant un véritable art de rue : le Street Art.

Le Street Art n'est pas venu spontanément. Il est la volonté d'une quantité d'auteurs qui se sont approprié la rue et ses murs pour exprimer une idée. La plus dominante est celle qui étudie le rapport entre l'homme et la société urbaine.

Une grande majorité sort des Beaux-Arts et d'école spécialisée où ils se sont formés aux techniques de la bombe aérosols multicolore.

Sortir des galeries et adopter la rue

Dans les années 60 à New York, les artistes de rue voulaient regagner un espace que les musées et les galeries leur avaient pris. Conscients qu'il fallait rejoindre le peuple, ils investirent les murs pour créer. Cette idée évolua, franchit l'Atlantique et rejoignit l'Europe puis la France. A Paris, le mouvement se développa dans les années 80.

Les artistes peignirent d'abord sur les murs de métro comme jadis à New-York, au péril de leur vie. Puis ils investirent les quartiers parisiens en expansion. Oberkampf, Belleville, et lorsque la bibliothèque François Mitterand émergea, ils s'adressèrent à un public qui pouvait les écouter...Les étudiants, les nouveaux venus...une jeunesse soucieuse d'un avenir meilleur et prête aussi à rire des incohérence de son temps.

Un art maudit ?

Si la bombe aérosol est le principal ustensile de nos artistes, l'idée de réaliser une œuvre en délit devient un moteur de création. En effet, selon la loi des municipalités, tout trait réalisé sur un mur de bien commun est un délit. Aussi les artistes ont longtemps vécu dans l'ombre pour ne point payer des amendes.

Mais aujourd'hui, certains artistes sont côtés en galerie et d'autres courtisés par les municipalités et les sponsors...

Aller à la barre d’outils