Visiter l’exposition Toulouse Lautrec au Grand Palais

Visiter l'exposition Toulouse Lautrec au Grand Palais. Cet artiste de l'Avant-Garde a crée des peintures, pastels et portraits de toute la vie de Bohème montmartroise. Ses cadrages et ses points de vue dénotent un immense talent à montrer ce que l'on ne voit pas en premier: l'humanité des modèles. Danseurs, acrobates, acteurs ou prostitués sont des sujets de prédilection incroyables pour un artiste issu d'une des plus anciennes familles de la noblesse française, peu habituées à cet univers. 200 toiles sont réunies au Grand Palais pour notre plus grand bonheur du 9 octobre au 27 janvier 2020.

A l'ombre du Palais de la Berbie et de la cathédrale d'Albi, subsiste encore une maison noble avec une cour intérieure discrète et un petit jardin. De belles pièces meublées de manière aristocratique abritent les souvenirs d'une famille au passé glorieux et fidèle à la royauté. Dans un coin, un fauteuil Louis XV d'où serait tombé le petit Henri de Toulouse Lautrec en très bas-âge, chute qui serait à l'origine de sa difformité.

En effet, le futur artiste naît dans cette maison calme le 24 novembre 1864. La mémoire de ses ancêtres illustres, les chasses à Cour et les fêtes familiales bercent son enfance. Son père, Alphonse de Toulouse-Lautrec a épousé sa cousine, née Tapié de Céleyran. Ce mariage, énième mariage consanguin de la famille de Toulouse, est sans doute à l'origine de la maladie congénitale du peintre. Fractures répétées, déformation osseuses...A partir de 15 ans, il n'y a que son torse qui croît. Le père est souvent absent, en chasse ou en observation sur ses terres. Mais la mère, plus artiste, est attentive à l'éducation de son fils bien-aimé et favorise son penchant pour le dessin.

A l'âge de 16 ans, le jeune homme convainc ses parents de le laisser partir pour Paris. Il fréquente alors l'académie de Léon Bonnat puis celle de Fernand Cormon. Mais les sujets qu'on lui propose dans les académies ne l'intéressent pas. Ce qu'il veut, c'est peindre le spectacle, la rue, les scènes de bordel. Le spectacle d'abord. Les stars de l'époque, que sont Yvette Guibert, Jeanne Avril, Aristide Bruant ou Loï Fuller, qui sont ses modèles de prédilection.

La rue ensuite ou les cafés...(Monsieur Boileau au café, La Goulue dansant, le Salon de la Rue des Moulins). Ses cadrages, inspirés des estampes japonaises, sont détonants. Coupés à droite ou à gauche, l'artiste concentre sa peinture sur le sujet cadré de très près. Il dévoile ainsi l'amour des femmes lesbiennes, lovées dans leur lit, la fatigue des prostituées en attente de client, la tristesse du clown, avant son numéro. Juste ce que son père voit tous les jours et garde sous silence par convention.

Toulouse Lautrec peint à l'huile mais aussi au pastel. Ses couleurs claires émergent des fonds chaleureux et foncés des cartons. La nouveauté est dans le cadrage, l’expression et le support. Il fréquente les artistes à Montmartre et les théâtres parisiens.

Visiter l'exposition Toulouse Lautrec au Grand Palais. 200 oeuvres exposée au grand Palais nous permettrons de revisiter cet artiste et d'admirer ses plus belles oeuvres.

Pour les groupes: Conférence diapositive préparatoire à l'exposition dans vos locaux.

Pour les individuels: Visite le 4 novembre à 15h00 et le 25 novembre à 11h30. Px: 35 € (billet audiophone et conférencière). RV hall du musée, accueil groupe. Renseignements et réservations: 01 42 80 01 54

 

Aller à la barre d’outils