Visiter l’Opéra Garnier

Visiter l'Opéra Garnier, avec ses marbres, peintures, bronzes, mosaïques et torchères, ce monument demeure un des rares exemples du Seconde Empire dont le style éclectique est un mélange de baroque et de Renaissance, de byzantin et de romantisme. Cette visite nous permettra aussi d'évoquer les grandes heures d'opéra et de ballets qui ont fait la gloire culturelle de notre capitale.

Après trois années de pouvoir, l'empereur Napoléon III n'y tient plus: il lui faut un vaste palais pour accueillir la Cour.

Les palais du Louvre, Saint Cloud, Compiègne, Versailles, symboles de la France bourbonnienne, sont des endroit interdits aux impériaux colonialistes qui peuplent ses salons. Il faut un lieu culturel nouveau et prestigieux, afin d'attirer une société friande de luxe et d'exotisme. Dans ce cadre, l'idée de construire un opéra en plein coeur de la capitale, pour des parisiens qui sont tout sauf mélomanes, pourrait paraître saugrenue. Mais c'est méconnaître Napoléon III qui avait un projet précis: créer une ville lumière propre à accueillir les artistes, les expositions universelles et les investisseurs.

Charles Garnier réussit le tour de force de faire sortir de terre un joyau chargé de pierres, marbres, lustre et son contrepoids, sur un sol fragilisé par l'existence d'une dangereuse nappe phréatique. De plus, en homme visionnaire, il comprit que le public parisien n'irait pas à l'opéra pour écouter de la musique, mais pour admirer ceux qui s'y rendraient. Ainsi tout le décor de l'opéra est calculé pour mettre en valeur les toilettes des femmes. L'escalier, le foyer de la danse, la rotonde des Glaciers, ne sont que décors de théâtre, perspectives étourdissantes, mises en scène, trompe-l'oeil, où se reflètent les lumières d'un kaléidoscope de dorures, peintures, mosaïque et marbre. Le spectacle n'est plus dans la salle, il est dans l'escalier!

L'opéra deviendra le lieu de toutes les folies, de tous les scandales et des plus beaux spectacles. De la Traviata à Nathalie Dessay, de la Sylphide à Serge Lifar, le fantôme de l'opéra, la toile de Chagall, les ruches cachées dans le toit, tous les aspects méconnus et connus de l'opéra vous seront dévoilés.

Conférence d'1h30. Visite disponible tous les jours sauf le dimanche, sur réservation obligatoire auprès de l'opéra, à partir de 10 personnes.

Vous aimerez aussi: : http://www.europexplo.fr/visite-de-l-hotel-de-soubise/

Aller à la barre d’outils